Barakamon de « YOSHINO Satsuki »

 

Si il y a bien un genre que j’adore, c’est le Slice of Life.

Très souvent dans les titres de ce genre, on côtoie des personnages qui pourraient nous ressembler et auxquels il est plus facile de s’identifier. L’auteur utilise beaucoup d’humour, de complicité et nous délivre une histoire captivante et très bien développée sur n’importe quel sujet.

Je vais ici vous parler de Barakamon, qui se déroule principalement sur une île et, comme pour Space Brothers, l’aventure commence sur un coup de tête qui va déclencher une montagne d’évènements !

L’histoire :

Seishû Handa, étoile montante de la calligraphie japonaise, collectionne les prix d’excellence pour son travail. Beau et jeune, mais surtout d’une arrogance sans bornes, il met sa carrière en péril le jour où, excédé, il assomme un éminent conservateur de musée qui juge son travail “formaté et sans saveur”… Sanction immédiate pour ce coup de sang : Seishû est puni et contraint d’aller expier son crime sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone !
Le jeune citadin, qui espérait au moins pouvoir pratiquer son art dans le calme, ne tarde pas à déchanter : entre les voisins qui débarquent à l’improviste et la bande de gamins qui a choisi son atelier comme terrain de jeu, la partie s’annonce compliquée… Attachants, irritants, farfelus et pleins de vie, les habitants du village vont chambouler son quotidien bien réglé.
“Barakamon” est une expression du sud du Japon qui signifie “avoir la pêche” ! Avec sa ribambelle de héros hauts en couleur et touchants à la fois, ce manga est un concentré furieusement communicatif de bonne humeur !

Fraichement débarqué, le petit jeune va vite comprendre qu’ici tout le monde se connait et fait ce que bon lui semble. Lui qui pensait y trouver de la tranquillité pour dessiner, va vite comprendre qu’on ne lui laissera aucun répit…

Les personnages principaux :

 

IMG_20170905_074301.jpg

Seishû Handa :

Jeune calligraphe plein d’avenir mais qui, du fait de ses réussites passées, a du mal à accepter les critiques sur son travail. Il va vite devoir s’habituer à la vie à la campagne et aux habitudes du voisinage.

 

img_20170905_074458-e1504590756983.jpg

Naru :

Elle est très curieuse et n’hésite pas à le montrer. Toujours pleine d’énergie, elle va rendre la vie dure à un certain calligraphe.

 

img_20170905_074610.jpg

Tama et Miwa :

Deux jeunes filles du même âge qui passent donc la plupart de leur temps ensemble. L’une a un franc-parler à toute épreuve tandis que l’autre, plus réservée, a pourtant de drôles d’aspirations. Elles vont souvent se servir de Naru pour arriver à mettre leurs idées en pratique.

La force du titre :

Comme dit plus haut, Handa va vite devoir s’adapter aux coutumes et à la vie de l’île, ce qui va se traduire par des situations cocasses dès les premiers chapitres. Au fil des tomes il va rencontrer de plus en plus de monde sur l’île et bien évidement il va très vite s’attacher (comme nous) à eux.

 

La situation lui échappe très facilement, mais il finira par admettre que cette île et ses habitants sont une source d’inspiration pour lui. N’hésitant pas à le solliciter très souvent pour des travaux voire même de la calligraphie, il rechignera de moins en moins à accepter leur aide pour avancer dans ses projets.

 

Au delà de l’aspect comique du titre, il y a aussi la facilité à parler des sujets plus durs. Par exemple, le rejet des responsabilités, la mort ou encore le renoncement, tout cela bien entendu traité avec la plus grande humilité et cela renforce à mes yeux le titre, car je me dis qu’il peut vraiment parler de tout sans retenue avec une qualité qui reste constante au fil des tomes.

Un petit mot pour finir :

Après avoir ressorti les anciens tomes, je me rend compte que l’auteure a fait un sacré bon en avant au fil des années sur son dessin, surtout pour la représentation de ses personnages et cela prouve qu’elle s’investit beaucoup dans son œuvre.

IMG_20170905_075622.jpg

Je ne peux donc que vous inviter à lire la superbe aventure qu’est la vie de Handa et comme lui, à avoir de plus en plus la pêche au fil des tomes 🙂

 

Quelques informations en plus :

Série en cours au Japon avec 15 tomes / 14 parus en France

 

Conseil lecture de Sissel : Chiisakobé de MOCHIZUKI Minetaro  (Série finie en 4 tomes)

 

Merci de m’avoir lu et bonnes lectures.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s