Auteur : Api

Focus sur RWBY

Si je vous dis Harry Potter, vous pensez à un jeune orphelin qui va à l’école des sorciers vivre des aventures extraordinaires. Eh bien, RWBY c’est un peu ça, sauf qu’ici notre héroïne va à l’école pour devenir une chasseresse aguerrie, capable de terrasser les monstres qui peuplent ce monde. Elle y rencontrera celles qui seront ses futures coéquipières et, en parallèle de ses cours, va tenter de déjouer les plans d’une secte d’hommes-bêtes qui cherchent à imposer leur idéologie par la violence.

(suite…)

Publicités

Zoom sur Tsuredure Children

Alors, Tsuredure Children, qu’est-ce donc ? C’est Danshi Kôkôsei no Nichijô, mais à la place d’une bande de potes, on va voir des couples se former. Basée sur le même format, la série enchaine donc diverses scénettes toujours très drôles. Mais l’aspect romantique de Tsuredure apporte en plus une touche de chaleur fort bienvenue.

(suite…)

Zoom sur One Piece Film Gold

Dans sa quête du One Piece, l’équipage au Chapeau de Paille arrive sur Grantesoro, capitale mondiale du divertissement, où les hommes fortunés viennent jouer au casino et assister aux spectacles les plus grandioses. Grantesoro est un sanctuaire imprenable contrôlé par l’Empereur de l’Or, Gild Tesoro. Même la Marine ne peut y intervenir. Mais Luffy et ses compagnons vont vite découvrir l’effrayante face cachée de cette ville et devront risquer leurs vies pour tenter de s’en échapper.

(suite…)

Un lorrain au Japon : Le temple des merveilles

En tant qu’ancienne capitale du Japon, on pourrait dire que la fameuse ritournelle « entre tradition et modernité » a presque été inventée pour Kyoto. Dans ses rues étroites et jalonnées de pylônes électriques, on voit circuler vélos, voitures et camionnettes, tandis que les infrastructures de la ville n’ont rien à envier à celles des autres grandes agglomérations occidentales. Mais la ville compte cependant de nombreux parcs, temples et sanctuaires qui témoignent de son glorieux passé et constituent un héritage culturel très riche. Et inutile de vous dire que si vous comptez tous les visiter, s’installer à Kyoto pour plusieurs mois est pratiquement une nécessité.

(suite…)

Un lorrain au Japon : France boutique

Fraichement débarqué au Japon, on ne peut pas dire que le premier jour s’était terminé de la meilleure des façons pour moi, notamment à cause de ma négligence et de la fatigue qui avait bien entamé ma capacité de réflexion. Mais n’allez pas croire que cette mésaventure m’avait découragé, puisque dès le lendemain je suis reparti à la découverte de mon quartier, dans l’espoir d’y trouver un supermarché qui serait un peu plus fourni que le conbini du coin.

(suite…)

Retour sur les animés de l’été 2017

Alors que les séries d’automne débutent la semaine prochaine, je suis toujours stupéfait de constater que les saisons passent et ne se ressemblent pas. Je n’avais retenu que trois titres dignes d’intérêt parmi les séries estivales et j’en ai rapidement abandonné un qui ne m’attirait plus du tout. Mais on n’est finalement jamais à l’abri d’une bonne surprise et, tandis que cette saison s’achève, je me retrouve avec deux candidats au titre de meilleur animé de l’année. La série la plus mémorable cette saison est d’ailleurs un animé qui est complètement passé sous les radars.

L’animé de la saison : Magical Circle Guru Guru

C’est en parcourant mon fil Twitter que j’ai vu passer des images de cette série qui n’est pas sans rappeler Kono Suba. Si je ne me souviens plus à qui je devais ce post, je remercie en tout cas cette personne pour m’avoir fait découvrir ce qui est probablement la série humoristique la plus drôle depuis Nichijô ! Guru guru, c’est donc l’histoire de Niké, héros malgré lui, et de Kukuri, la dernière héritière d’un clan de magicien, seuls capables de vaincre le roi-démon. Derrière ce pitch tout droit sorti d’un RPG des années 80, on se trouve face à une série parodique au possible, qui multiplie les clins d’oeil aux jeux de cette époque. Des boites de dialogue, aux animations de confusion, en passant par des effets de pixellisation lorsque la « caméra » zoome sur un personnage, toute la mise en scène s’amuse de nombreuses références et ne s’autorise aucun temps mort. On pourrait s’attendre à ce que la série cherche à s’économiser, mais il n’en est rien. Celle-ci comptera 24 épisodes au total et, jusqu’à présent, la qualité technique a toujours été irréprochable, mais venant du studio Production I.G. que vous connaissez déjà pour Psycho-Pass ou encore Haikyû, il n’y a finalement rien de très étonnant.

(suite…)