Focus – La petite faiseuse de livres

A l’instar de Spice & Wolf, La petite faiseuse de livres nous propose de suivre une protagoniste qui évolue dans un monde au style médiéval et pour qui le commerce va occuper une place importante. La différence ici, c’est que Maïn est toute jeune et frêle, ce qui va lui poser bien des difficultés pour tisser des relations et élever sa position, dans ce monde dont elle ignore tout. Les connaissances qu’elle conserve de son ancienne vie lui seront alors bien utiles pour avancer.

Que feriez-vous si vous étiez réincarné dans un monde où l’objet de votre passion était complètement inaccessible ? Avide lectrice vivant entourée de livres, Urano Motosu voit sa vie prendre fin, comble de l’ironie, écrasée par le contenu de ses bibliothèques. Mais la voilà réincarnée dans la peau d’une enfant nommée Maïn, au beau milieu d’un monde médiéval au taux d’alphabétisation extrêmement bas, où la lecture est un passe-temps réservé à l’élite. Face à cette situation, l’ex-rat de bibliothèque ne peut rester les bras croisés. Et s’il n’y a pas de livres, alors elle les créera elle-même !

La petite faiseuse de livres est une adaptation du light novel de Miya Kazuki dessinée par Suzuka. En comparaison avec les designs de l’œuvre d’origine, il faut reconnaitre que le manga fait un peu pale figure. Néanmoins, il parvient à s’illustrer par un sens du détail admirable, même dans les scènes les plus minutieuses, et reste très beau malgré tout.

L’œuvre va d’abord se focaliser sur le quotidien de Maïn, qui est véritablement au cœur du récit. On reste à hauteur d’homme (ou de fillette), tandis que le cadre de l’histoire va progressivement s’étendre à l’ensemble de sa ville, puis au-delà. Ainsi, elle découvrira d’abord la vie à la maison, avant de pouvoir sortir et côtoyer de nombreux personnages, pour une exposition de l’univers tout en douceur.

Dans ce monde inconnu, notre héroïne prend la place de la Maïn d’origine, emportée par une maladie foudroyante. Elle va rapidement provoquer l’étonnement et la curiosité de son entourage, par ses connaissances que l’on attendrait pas d’une fillette de son âge. Contrairement aux canons du genre, ce n’est pas grâce à une puissance surhumaine qu’elle va s’illustrer, mais bien par son savoir et ses idées. Exit également les mécaniques de jeu vidéo clichés comme les niveaux ou compétences ; ici, le concept d’isekai prend tout son sens, puisque c’est le savoir de son ancienne vie qui va lui servir activement à progresser dans celle-ci.

J’ai essayé l’animé de La petite faiseuse de livres après avoir débuté le manga, et ce n’est pas franchement une adaptation que je conseillerais. Outre un color design vraiment trop criard, la série veut aller beaucoup trop vite, là où le manga avance plus tranquillement et nous laisse le temps de découvrir son univers en même temps que Maïn. Mieux, on a même droit à quelques histoires complémentaires en fin de tomes, écrites par l’autrice du LN, qui viennent encore enrichir le récit. Mais plus que son univers, c’est surtout sur ses personnages que repose l’oeuvre. On va peu à peu prendre conscience de l’état de santé de notre protagoniste, rongée par la Dévorante, dans une tension qui l’amènera à faire des choix cruciaux. Et alors qu’elle songe à se laisser faucher par la mort, ce sont les relations qu’elle a nouées avec sa nouvelle famille qui vont la pousser à se battre contre sa condition. En parallèle, ces scènes assez dramatiques sont contrebalancées par pas mal de touches d’humour, tandis que les relations, crédibles, nous offrent de très belles scènes d’émotion. Après ce 7ème tome, inutile de vous dire que j’ai très hâte que la partie 2 arrive par chez nous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s