Otherside Picnic : La ballade pas chill du tout ou comment écrire une histoire angoissante

En avril dernier (oui ça paraît loin), l’éditeur J-Novel Club proposait quelques volumes de son catalogue numérique gratuitement à l’occasion des premiers confinements un peu partout dans le monde. Ce fut pour moi l’occasion de commencer une série qui me faisait de l’œil depuis une certaine interview, Otherside Picnic de Iori Miyazawa et illustrée par shirakaba.

Synopsis :
L’histoire prend place dans le monde moderne où il existe de mystérieuses portes permettant à ceux qui les traversent de voyager de « l’autre côté ». Dans ce monde parallèle, les légendes urbaines et autres histoires circulant sur internet prennent vie.
Sorawo Kamikoshi, une universitaire, se retrouve à explorer l’autre côté mais frôle la mort avant d’être secourue par une fille nommée Toriko Nishina. Toriko est une mystérieuse femme très expérimentée avec les armes qui semble être à la recherche d’une personne dans ce monde. Ensemble, elles vont commencer à explorer les différentes portes pour découvrir ce qu’elles cachent.

Avant toute chose, sachez que je vais faire au mieux pour en révéler le moins possible sur cette histoire, car cela me semble mieux pour l’apprécier à sa juste valeur (cet article contient donc très peu de spoilers, yay !). Autant le dire d’entrée de jeu, Otherside Picnic est un titre que j’ai adoré lire tout au long de ses 3 tomes disponibles en anglais à l’heure actuelle. Et cela, je le dois notamment à un élément que je ne me serais pas du tout attendu à voir dans cette histoire : l’horreur. En effet malgré son titre et ses couvertures de tome, Otherside Picnic est loin d’être une histoire yuri paisible de ballade dans un autre monde, mais un véritable survival horror angoissant. Pourtant, nulle effusion de sang ou de psychopathe qui massacrerait tout le monde à la hache. Non, et c’est là la force de ce récit, tout passe par la suggestion et le dérangeant.

Je ne suis pas particulièrement amateur d’histoires horrifiques en tant normal, mais je dois bien avouer qu’Otherside Picnic est de mon point de vue une façon idéale d’écrire une telle histoire. Le premier élément dans ce domaine, c’est l’utilisation d’histoires de fantômes existantes qui « prennent vie » dans l’Otherside. Celles-ci permettent de mettre en place un cadre dérangeant, avec des monstres que l’on ne comprend pas, des phénomènes étranges, ce qui crée rapidement un sentiment de malaise. Iori Miyazawa a compris que le plus angoissant est souvent l’inconnu, et son roman en joue constamment en enchaînant les événements n’ayant pas d’explications.

Cependant, le danger est bien présent, aucun doute là dessus. On sent que ce qui est dans l’Otherside, quoi que ce soit, ne veut pas du bien à nos protagonistes, mais à aucun moment cela ne devient explicite. On voit des monstres poursuivre les personnages, on entend parler de personnes qui ont perdus la raison ou se sont fait abattre par ces mêmes horreurs, mais jamais cela n’arrive de façon frontale. Encore une fois, le roman joue astucieusement la carte de la suggestion, mais aussi de l’angoisse permanente en ne venant jamais briser cette bulle de stress qui se créée. Jamais d’explosion de violence ou de sursaut qui viendrait nous libérer de ce poids.

Il y a un exemple que je trouve assez représentatif de ces éléments. Soyez rassurés, c’est un spoil extrêmement mineur. Pour accéder à l’Otherside, l’un des passages possibles est un ascenseur dans lequel il faut presser les boutons dans un certain ordre. Celui-ci va à un moment s’arrêter au niveau d’un long couloir, où une femme dont on ne voit pas le visage cours pour essayer de l’atteindre, et il ne faut pas la laisser approcher et repartir le plus vite possible. Et c’est tout. Qui est-elle ? Pourquoi il ne faut pas la laisser approcher ? On ne sait pas, et peu importe en quelque sorte, mais tout est là : le danger, l’urgence et l’inconnu.

Un autre élément qui participe à ce côté dérangeant, c’est l’effet de l’Otherside sur les personnes qui y accèdent. Celles-ci ont tendance à débiter un charabia incompréhensible, à avoir des visions ou a faire des actions étranges sans même en avoir conscience. Certains se retrouvent alors au bord de la folie, mais encore une fois jamais ils ne passent à l’acte et laissent constamment peser un sentiment d’inconfort à leur contact.

D’autre part, et c’est un élément particulièrement présent dans le premier tome, l’Otherside va de plus en plus s’imposer aux personnages. S’il est au début un lieu auquel il est difficile d’accéder, notre duo de protagoniste va de plus en plus y « tomber » indépendamment de leur volonté voire s’y retrouver confronté frontalement dans le monde réel. Cela va rapidement créer le sentiment que les personnages ne sont plus à l’abri nulle part, et oui, encore une fois, c’est angoissant.

De façon générale, le premier tome est celui que je considère le meilleur de la série, parce qu’il compte les meilleurs chapitres, mais aussi car étant le début, il est constamment surprenant. La suite reste une très chouette lecture, aucun soucis de ce côté là, mais de façon logique, on s’habitue de plus en plus à ces histoires étranges et à force de voir des exceptions on y est moins sensible, de la même façon que les personnages d’ailleurs.

Vous l’avez compris, Otherside Picnic est une histoire horrifique qui joue beaucoup sur l’implicite et la suggestion, et c’est à mon sens ce qui va rendre sa future adaptation anime difficile (elle sera diffusée chez nous par Wakanim !). En effet l’anime va nécessairement ajouter une dose de concret, au travers de l’image et des sons, ce qui risque de briser le sentiment d’inconnu et d’étrange. Il restera une histoire plutôt chouette je n’en doute pas, mais on risque de passer à côté de la plus grande force de l’œuvre, ce serait dommage. Cela dit, il est encore trop tôt pour jeter la pierre à cette production, et j’ai envie de rester optimiste vis à vis de celle-ci. Ce ne sera pas une adaptation facile à faire, mais si elle est réussie elle apportera véritablement quelque chose à l’oeuvre. Dans le pire des cas, je suis déjà prêt à pardonner un ratage de cet aspect, tant il me semble difficile à retranscrire.

On a bien parlé d’horreur, mais il est temps d’évoquer rapidement un point qui a aussi une certaine importance, à savoir le yuri. A ce niveau là, n’ayez pas trop d’attentes, car Otherside Picnic reste peu explicite, et outre quelques mentions de la beauté de Toriko par Sorawo cela reste essentiellement un sentiment de fond jusqu’à la fin du tome 3 où ça commence à prendre forme. C’est bien présent, n’en doutez pas, et je pense que ça ne va pas tarder à prendre une forme plus concrète, mais ne vous attendez pas à le voir dans l’anime par exemple qui adaptera selon mes estimations et au vu du PV les 2 premiers tomes.

Au niveau du reste, le roman profite d’un cast de personnages restreint mais plutôt chouette, en particulier au niveau du duo principal, même si Sorawo a quelques réactions manquant un peu d’empathie il faut l’avouer. Les illustrations, bien que peu nombreuses, sont très jolies également, j’aime beaucoup de le style de la personne qui les a réalisées. Au fur et à mesure qu’on découvre les secrets de ce monde et qu’on s’y habitude, l’histoire passe d’un survival horror à un survival yuri en restant une lecture toujours aussi plaisante, et certains chapitres filent toujours la chair de poule.

Vous l’aurez compris, Otherside Picnic est une œuvre sur laquelle je vous invite à vous pencher, que ce soit son anime en janvier prochain ou sur son roman qui compte 4 tomes à l’heure actuelle (le 5ème sort la semaine prochaine au Japon, tandis que la traduction du 4ème tome sort en fin de mois chez J-Novel). S’il semble au premier abord innocent, ce roman est une histoire que j’ai trouvé véritablement angoissante mais très prenante, et même si cela n’est que ma propre sensibilité (peut être que la dimension horrifique ne vous fera ni chaud ni froid !) je suis convaincu que c’est une œuvre qui vaut le coup d’œil. Il est encore trop tôt pour savoir vers où l’histoire veut nous mener, mais j’ai hâte de replonger avec Toriko et Sorawo dans cet autre monde…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s