100 articles plus tard

Si le blog a déjà quelques années, il faut bien reconnaitre que nous publions finalement peu de choses, préférant la qualité à la quantité. Cela étant, après trois ans d’existence, la barre des 100 articles a finalement été atteinte. Pour fêter ça, je vous propose une petite mise en avant de tous les rédacteurs qui nous ont rejoints sur Le Dévoreve avec leurs articles phares.

 

ApiFocus sur RWBY

Par ailleurs, c’est précisément en matière d’affrontement que la série brille le plus. Les personnages étant répartis en groupes de quatre, les combats sont l’occasion de mettre en avant un vrai travail d’équipe, là où bien des oeuvres se contenteraient de faire combattre les membres d’une même équipe chacun de son côté. Ces scènes de combat sont d’ailleurs superbement chorégraphiées, même si on peut regretter la surutilisation de cuts, rendant l’action parfois difficile à suivre. Toutefois, la chorégraphie de ses combats n’est pas l’unique point fort de la série. Non, car RWBY met en avant son ambiance très rock jusque dans les musiques qui accompagnent ses scènes d’action. Chaque saison est très riche à ce niveau, proposant toujours un nombre conséquent de musiques et chansons différentes. Chaque épisode se conclue même par un générique original, mettant d’abord en avant des fanarts, puis les character sheet de la série par la suite.

 

HyamixRetour sur les animés de saison – Automne 2019

La première saison ne m’ayant absolument pas déçu, j’avais énormément d’attente pour cette saison 2. Si il y a bien quelque chose que l’anime sait faire, c’est de transmettre des émotions et c’est d’autant plus important vu qu’on parle d’un anime de musique.
La musique c’est avant tout une composition mais aussi des sentiments et à travers la musique jouée au Koto dans l’anime, on ressent. Je préfère préciser cela car nous avons eu le droit à de superbes performances artistiques et des compositions originales, un excellent point pour un petit studio comme Platinum Vision.

 

JakedaxAprès la pluie, ode à l’amour et à la beauté

Après la pluie est un manga qui propose une mise en scène très visuelle et efficace, découpant régulièrement des actions qui auraient été réduites à une simple case ailleurs, voire n’auraient pas existé du tout. Un geste, une retenue, un recul d’hésitation, avant de sauter le pas et terminer l’action. En laissant ses personnages s’exprimer visuellement, Jun Mayuzuki prend le temps et s’épargne des lignes de dialogue ou de pensée parfois barbantes ou superflues. Le visuel va à l’essentiel. Malgré une sensation de lecture très rapide et digeste, de nombreux détails peuvent nous échapper si l’on ne prend pas le temps de s’attarder sur les (très beaux) dessins et le découpage de l’autrice. Car c’est parfois là qu’elle en dit le plus. Un pas, un regard, une hésitation. Il lui suffit de si peu de choses pour transmettre énormément et nous impliquer dans les sentiments de ses personnages, comme lorsqu’elle nous montre les magnifiques yeux d’Akira.

 

SisselFocus sur Blue Giant de Shinichi Ishizuka

Il a comme unique but dans la vie de devenir saxophoniste. Tous les jours, il répète, use anche sur anche et au fil de ses rencontres et de ses connaissances, il va petit à petit prendre conscience de ses difficultés mais aussi de son potentiel. Son envie, sa volonté, tout comme sa hargne étant très communicatives, il va nous transmettre tout ce qu’il ressent à travers sa musique et les personnes qui rentreront dans son monde seront très vite happées par ce qu’il dégage.

 

LightFocus sur Violet Evergarden

Le principe de l’œuvre en lui-même est assez simple. Après un certain moment dédié à l’introduction de l’univers et de ses personnages les plus récurrents, Violet Evergarden adopte sur la majeure partie de son déroulement un schéma récurrent où chaque épisode constitue une intrigue « indépendante » qui verra l’héroïne entrer en contact avec un client afin qu’elle rédige la lettre qu’il désire. Il faut évidemment rendre le contexte plus intéressant et plus complexe qu’il n’y paraît. Et pour cela, quoi de mieux qu’un personnage central de prime abord incapable de ressentir quoi que ce soit, n’ayant connu que la guerre, se retrouvant tout à coup loin de ses repères et se devant de mettre par écrit le cœur d’hommes et de femmes aux profils très divers ? Voilà, en substance, ce qu’est Violet Evergarden.

 

Mathxxl – Pourquoi Madoka Magica est un anime marquant ?

Madoka a eu un impact global sur le genre lui-même en lui donnant implicitement une liberté plus importante qu’il n’en a jamais eu. En effet par son succès critique et populaire, Madoka a montré qu’il était possible non seulement de faire une oeuvre de Magical Girl à destination d’un public adulte, mais aussi qu’il était possible de faire quelque chose de différent avec des Magical Girls.

 

NathanDeath Note by Netflix

Death Note, c’est avant tout une histoire maitrisée qui pose de véritables questions quant à ce qu’est l’humanité. Death Note, c’est de nombreux personnages, complexes, jamais ni tout noir, ni tout blanc qui ont tous quelque chose à apporter au récit. Death Note, c’est des dessins magnifiques conjugués à un Japon actuel et réaliste dont le scénariste n’hésite pas à prendre pour base la culture dans la mythologie qu’il crée (Ryûk qui est un shinigami, Misa qui est une Idol etc…). Death Note, c’est plus de 20 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, c’est 13 tomes, 3 films, un drama et un anime à l’opening désormais culte dans le monde de l’animation japonaise. Bref, Death Note, c’est un phénomène important dans la pop culture du Japon et qui aura touché la France de manière presque aussi saisissante.

 

the-last-of-us-part-ii-201982813573228_1-2100x1200

YosukeThe Last Of Us Part II : Ressentir la haine

Le premier opus a eu un succès absolument incroyable, il a complètement écrasé la licence Uncharted dans le coeur des gens. Pour Playstation, il a fait partie des jeux majeurs qui lui ont permis de gagner la génération PS3/Xbox 360. Tout ça pour dire que le second opus d’un jeu comme ça a une attente absolument colossale autour. Neil Druckmann et les équipes de Naughty Dogs en étaient bien évidemment conscients et ils ont joué avec cette attente, ils ont compris ce que le grand public voulait avoir pour mieux le piéger et le tromper. Pour cela, ils ont utilisé un certain nombre de stratagèmes, à commencer par la communication.

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s