Retour sur les animés de saison – Printemps 2020

Au vu du contexte actuel, il fallait bien s’attendre à avoir une saison de printemps assez vide, mais elle n’a pas été dépeuplée pour autant. Cela étant, on ne pouvait pas se contenter d’un bilan traditionnel qui se serait retrouvé bien court. On a donc choisi de revenir à notre ancien format en le tordant un peu, afin de s’attarder plus en détail sur les éléments clés des séries printanières. Pour ce bilan, je serai encore accompagné de Hyamix, Yosuke et Jakedax, mais vous pourrez aussi compter sur la présence de Mathxxl.

Anime

La surprise : My Next Life as a Villainess. Vous me direz, ce n’est peut-être pas une surprise pour vous. Mais l’engouement croissant autour du titre m’a poussé à m’y intéresser et je ne regrette pas, car ce n’était pas prévu et c’est un gros coup de cœur. Une série très plaisante qui m’aura laissé un grand sourire tout du long. (J)

L’ennui : Fruits Basket est une oeuvre qui m’avait beaucoup marqué avec sa première adaptation. Maintenant que nous attaquons enfin le contenu inédit en animé, force est de constater que la série n’a pas grand chose à dire. Elle tourne en rond, les personnages semblant se complaire dans les drames dans lesquels ils sont empêtrés. Pire, les moments d’émotions font rarement mouche, la faute à une OST manquant de richesse et de caractère. (A)

L’introduction : Tower of God était l’un des animes les plus marquant de la dernière saison, en tant que première adaptation de Webtoon. N’étant pas lecteur de ce dernier, j’ai apprécié cette découverte qui se trouve être une grande introduction à l’univers et ses personnages. Si l’ensemble manque un peu de grandeur, malgré une très belle OST de Kevin Penkin, beaucoup d’éléments intéressants ont été mis en place et je suis curieux de découvrir ce que la suite de l’histoire raconte. (M)

La valeur sûre : Brand New Animal, étant un immense fan des productions du studio Trigger, BNA était de loin l’anime que j’attendais le plus. Et clairement on y retrouve tout ce que j’attends d’eux, une forme dynamique et vivante, ainsi qu’un propos plein de positivisme dont j’avais bien besoin vu le contexte du monde au moment de la sortie. (Y)

La dégringolade : Listeners, un anime qui m’avait plutôt plu avec son ambiance sonore très rock et qui était toujours un plaisir à regarder avec un casque sur les oreilles. L’histoire était dès le début toute tracée, bien qu’elle suive un schéma relativement simple : aller d’un point A à un point B. On découvre des personnages attachants et le lore de l’anime. Cependant, dans la seconde partie le scénario change brusquement pour laisser place à quelque chose d’incompréhensible, avec des antagonistes qui sortent de nulle part et aux motivations floues. (H)

 

Staff

Le réalisateur protéiforme : Ayumu Watanabe, nous a donné Space Brothers, Les Enfants de la Mer ou encore Après la pluie, pourtant on serait bien en peine d’en faire ressortir des tics de réalisation tant aucune de ces oeuvres ne se ressemblent. Ce printemps, on le retrouve à nouveau sur Major 2nd, mais on constate encore une fois que les deux saisons n’ont rien à voir entre elles, cette seconde saison adoptant une esthétique qui n’est pas sans rappeler les tous premiers animés de sport. (A)

La plus vocale : Aoi Koga dans le rôle de Kaguya ne sortait pas spécialement du lot dans la première saison, mais c’est une tout autre histoire dans la seconde. Elle passe par tous les registres, tous les tons et contribue grandement au comique de la série. C’est bien simple, même moi qui ne m’attarde généralement pas sur le doublage, je n’ai pas pu m’empêcher de souligner la performance. (A)

 

Moments

Scène la mieux rythmée : Major 2nd Episode 1. Directement, la série nous rappelle qu’on est bien devant un animé de sport, en faisant s’affronter les nouvelles recrues et l’ancienne équipe dans un match de baseball expéditif, mais parfaitement calibré. (A)

Scène la plus touchante : Arte épisode 10. Quand Catarina retrouve enfin sa mère, après que celle-ci s’est enfin dressé contre son mari. Dans cette série ouvertement féministe, la prise de position d’une femme est très importante, alors si elle permet en plus de retrouver tendrement un amour mère-fille, quelle émotion. J’en avais la larme à l’œil. (J)

Scène qui donne le plus envie de pleurer : My Next life as a Villainess épisode 11. Alors que Catarina replonge dans les souvenirs de sa vie précédente, elle retrouve finalement sa meilleure amie Acchan pour lui faire de vrais adieux. L’épisode en lui-même est déjà très touchant car on y voit que Catarina profitait d’une vie heureuse entourée de personnes aimantes, et on sait qu’ils ne pourront plus jamais se voir. Le final avec Acchan est d’autant plus marquant qu’il fait écho à l’épisode dédié à cette-dernière où on pouvait ressentir sa tristesse et ses regrets d’avoir perdu son amie. Les deux personnages peuvent finalement se retrouver le temps d’un adieu qui m’aura beaucoup touché. (M)

La meilleure fin : Kakushigoto est restée fidèle à son ton mélancolique jusqu’à sa conclusion. Les indices distillés dans chaque épisode prennent place naturellement et la série nous emporte dans une vague d’émotions, lorsqu’on découvre la vérité (et même plus). (A)

La fin la plus décevante : Sing Yesterday for me trouve une conclusion naturelle, mais quelle galère pour en arriver là… La série aura trainé des pieds pendant plusieurs épisodes, pour finalement nous servir une fin trop rushée pour être convaincante, alors qu’elle avait largement le temps de nous la préparer. (A)

Meilleure scène comique : Je parle ici du match de baseball de Brand New Animal. Un épisode ultra rythmé et exagéré tout le temps, les réactions sont hilarantes et le doublage est juste parfait. On en veut plus des moments comme ça. (Y)

Le meilleur épisode : L’épisode 11 de Love is War était consacré sur Ishigami et son triste passé au collège. On en apprend beaucoup sur ce personnage, sur son impopularité auprès des secondes de son lycée et pourquoi il est souvent en retrait. On nous a montré que Love is War, bien qu’il soit à la base un anime comique, sait aussi faire un épisode dans un registre triste ou dramatique. La fin est quant à elle, réussie à la perfection. (H)

 

Son

Meilleure bande-son : Kaguya-sama S2 : En-dehors de l’animé, les musiques s’écoutent difficilement, mais au sein de la série, c’est une tout autre histoire. Jamais une comédie n’avait aussi bien utilisé ses références pour souligner l’humour, que ce soit en évoquant le Parrain, Rocky, etc. Sans parler de la performance magistrale des doubleurs qui apportent une vraie plus-value. (A)

Meilleure ambiance sonore : BNA. Les sonorités électroniques se marient avec justesse aux décors urbains, conférant à la série une atmosphère toute particulière. (J)

Meilleures musiques : Listeners n’a, objectivement, pas beaucoup de choses pour lui, mais pour un anime musical, il me paraît important de souligner la réussite de celles-ci. (Y)

 

Personnages

Perso le plus toxique : Akito (Fruits Basket). C’est l’incarnation de la personne dont chaque mot est un poison, et je n’arrive pas à comprendre pourquoi les autres personnages continuent de lui obéir et de l’écouter alors qu’il leur fait du mal constamment. Je ne sais pas quel est son passé, mais il me semble au-delà de toute rédemption. (M)

Perso le plus indécis : Shinako (Sing Yesterday for me) : Sans elle dans le casting, la série aurait été bouclée en quelques épisodes, tout simplement. On a rarement vu un personnage aussi indécis, et je comprends totalement pourquoi les gens ont donc été déçus par ses décisions amenées à la fin de la série. (A)

Perso le plus secondaire : Darcia (Arte). Je la range ici parce que l’arc de sa rencontre avec Arte a été totalement zappé alors qu’il aurait pu être inclus quitte à rajouter un 13e épisode à la série. Le propos était fort et intéressant. Dommage, elle débarque comme si l’on savait tout d’elle et qu’elle est une amie d’Arte depuis longtemps. (J)

Meilleur perso : Bakarina (My Next Life…). Drôle, attachante, divertissante, prête à tout pour se sauver de la fameuse « bad end » du jeu au point qu’elle devienne le love interest d’absolument tous les personnages sans s’en rendre compte, Catarina est LE personnage réussi de la saison qui porte clairement sa série. (J)

Perso le plus incompréhensible : Rachel (Tower Of God). Incompréhensible est sans doute un terme fort, elle ne l’est pas vraiment. Mais pour ma part, j’ai eu, tout le long de la série, beaucoup de mal à la suivre et à comprendre ses décisions. (Y)

 

Génériques

Meilleur ending : Avec son électro aux accents funk qui ne sera pas sans évoquer quelques musiques un peu plus old school (notamment, chez moi, un certain ED de FMA 2003), l’ending de Brand New Animal, « Night Running », propose aussi un court clip sympathique à l’esthétique très épurée (avec une DA très jeu indé) et aux couleurs chatoyantes, mais limitées à des tons bleus et roses. (J)

Meilleur opening : Plus réfléchi que celui de la première saison, le second opening de Kaguya-sama a tout ce qu’il faut pour rester en tête avec sa chanson de crooner. Qui plus est, il a même le bon goût de raconter une histoire, tout en introduisant les personnages. (A)

Meilleure intro : Malgré tout le mal que je pense de cette adaptation, il n’en reste que le générique de Tower Of God est une vraie réussite. Un hymne à l’aventure qui soulève malgré tout l’aspect mystérieux et dangereux de celle-ci (je trouve les cuts pertinent pour ça). (Y)

 

Classement global

Avant de conclure ce bilan, on vous laisse avec un rapide classement représentant notre appréciation globale des animés vus cette saison.

Mémorable : Kaguya-sama S2,
Notable : Sing Yesterday for me, Major 2nd S2, My Next life as a Villainess, Arte, Kakushigoto, Brand New Animal, Tower of God
Oubliable : Fruits Basket S2, Listeners

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s