Retour sur les animés de saison – Printemps 2019

Si l’été a débarqué avec ses gros sabots et surtout sa canicule, il ne faut pas déjà oublier la saison du printemps qui nous a offert quelques très bons titres. Pour ce nouveau bilan, on a décidé de revoir un peu le format de l’article, afin de parler d’un maximum de séries. On espère que ce nouveau format vous plaira et qu’il vous poussera à aller découvrir certains animés que vous auriez pu laisser passer.

Kimetsu no Yaiba (@Wakanim) Si vous avez aimé FMA

Après le massacre de sa famille, Tanjirô devient un chasseur de démons dans l’espoir que sa soeur puisse redevenir humaine.

Quand j’ai appris que c’était Ufotable qui s’occuperait de cette adaptation tandis que Yuki Kajiura se chargerait de la musique, j’ai d’abord eu quelques craintes. Ufotable comme Kajiura sont connus pour avoir un style très prononcé, ce qui n’aide pas à une série à se forger une identité propre. Heureusement, Kajiura se retrouve accompagnée ici du compositeur Go Shiina, ce qui donne des morceaux ne ressemblant à rien de ce qu’elle aurait produit par le passé. Et sur le plan visuel, non seulement Kimetsu no Yaiba a une patte bien à elle, mais la série se démarque encore par de somptueux effets visuels lors des attaques spéciales. Par ailleurs, Ufotable démontre lors des combats tout son talent concernant l’utilisation de l’espace en 3D. Enfin, pour parfaire encore ce tableau, le personnage de Nezuko parvient à être toujours plus adorable à chacune de ses apparitions, sans rien perdre de sa badasserie.

Api

jojos-bizarre-adventure-giorno-1172605-1280x0

Jojo Partie 5 (@ADN) Si vous avez aimé Bungo Stray Dogs/Death Note

2001, Rome en Italie. Hirosei Koïchi cherche le jeune Shiobana Haruno. Alors qu’il s’attendait à trouver un adolescent tout ce qu’il y a de plus normal, il tombe sur Giorno Giovana, jeune homme qui tente de percer dans la mafia et d’en grimper les échelons afin d’enrailler le trafic de drogue et de protéger les faibles que la police ignore. Quel est le lien qui lie Giorno Giovana à la famille des Joestar ? Arrivera-t-il à atteindre son but ? Et qui est le mystérieux homme qui tire les ficelles de l’organisation que Giorno souhaite intégrer ?

Si un mot devait décrire cette cinquième partie de Jojo, ce serait certainement « perfection ». Car oui, cette partie réalise un sans faute de l’épisode 1 jusqu’au 36 (puisque les trois derniers ne sont pas sortis au moment où cet article sortira). L’un des immenses point fort est évidemment les combats, on sait que l’auteur est doué pour proposer des affrontements stratégiques et diablement bien pensés. Mais dans cette partie on atteint les sommets, avec des stands au pouvoir finalement assez simples (à l’exception de celui de l’antagoniste), les plus puissants ne l’emportent pas forcément. C’est celui qui comprendra le pouvoir du stand adverse et utilisera son point faible qui remportera la victoire. Les personnages se révèlent tout aussi attachants, charismatiques et bien travaillés. Cette partie de l’univers Jojo est également la plus triste à mes yeux, elle aura réussi à plusieurs reprises à faire couler une larme. David Production s’est encore amélioré depuis la partie 4 pour nous proposer une superbe qualité visuelle et sonore tout au long de la série. Je pourrais continuer encore longtemps les éloges sur cette partie tant elle regorge de qualité.

Yosuke

Dororo (@Amazon) Si vous avez aimé Princesse Mononoke

Tandis que Hyakkimaru regagne peu à peu tous ses membres, la confrontation avec son frère semble de plus en plus proche.

Là où le manga n’avait aucune conclusion, cette seconde adaptation de Dororo propose une fin originale. En mettant de côté cet épisode catastrophique réalisé par Osamu Kobayashi, cette seconde moitié était très correcte. On sent néanmoins que la série tire son origine d’une autre époque, puisqu’elle en porte les stigmates. Les codes et enjeux narratifs apparaissent comme dépassés, donnant une série qui ne parvient que rarement à impliquer son spectateur. Avec une bande-son très discrète, la série peine à transmettre la moindre émotion, ce qui fait apparaitre comme fade tous les moments de climax. Au final, Dororo reste une série sympathique, mais qui sera assez rapidement oubliée.

Api

Shingeki-no-Kyoujin-54-26

L’attaque des Titans 3 (@Wakanim) Si vous avez aimé Kabaneri of the Iron Fortress/Seraph of the End

La situation au sein des murs s’étant stabilisée, le Bataillon d’Exploration se prépare pour une expédition risquée mais essentielle : la reconquête de Shinganshina !

Après une première partie de saison 3 absolument géniale à mes yeux mais qui n’aura clairement pas été la plus appréciée du public, cette seconde partie a mis tout le monde d’accord. C’est bien simple, chaque épisode est incroyable et épique. Le talent d’écriture d’Isayama a également impressionné (il est d’ailleurs souvent qualifié de génie) et l’écriture de personnage comme Erwin, Berthold, Livai, Grisha ou encore Armin a été à son paroxysme. Outre cela, les révélations qui ont totalement changé notre perception de l’oeuvre, un véritable coup de maître de la part de l’auteur. L’animation et les dessins sont en baisse par rapport aux précédentes saisons, bien que cela reste très solide malgré tout. Les musiques sont toujours au rendez-vous avec des thèmes marquants. Une chose que l’on pourra reprocher c’est la fâcheuse tendance à faire du case par case du manga. Il faut rester dans l’adaptation et non dans la bête retranscription.

Yosuke

Sarazanmai (@Wakanim) Si vous avez aimé Kyôsogiga

Trois garçons se voient changés en kappa sous le coup d’une malédiction qui leur permettra d’exaucer leur souhait.

Kunihiko Ikuhara est de retour et il était attendu au tournant après le décevant Yuri Kuma Arashi. La série a beaucoup de qualités,  à commencer par le retour de la compositrice Hashimoto Yukari, mais elle souffre néanmoins de ne compter que 11 épisodes. Qui plus est, la moitié d’entre eux servent à un format monster of the week assez dispensable et qui réutilise les mêmes séquences à chaque épisode. Ikuhara nous prouve tout de même qu’il en a encore sous le coude, même si la série ne tient pas toutes ses promesses. Par ailleurs, celle-ci pourra rebuter une partie du public pour son côté anal très prononcé ainsi que son sous-texte homo. On retiendra toutefois la série pour certains designs tout à fait charmants, ainsi qu’un excellent opening.

Api

Carole-and-Tuesday-01-14

Carole & Tuesday (@Netflix ?) Si vous avez aimé Nana/Megalo Box

Deux adolescentes se rencontrent et décident de changer le monde de la musique. Elles ne vont pouvoir créer qu’une petite vague dans cette société, mais cette vague pourrait se transformer en quelque chose de plus grand.

À l’occasion des 20 ans du studio Bones, Shinichiro Watanabe nous propose encore une fois un petit bijou. Carole & Tuesday est un pur bonheur à visionner avec des personnages attachants, on a envie qu’elle réalise leur rêve. La série a également un humour efficace et des musiques magistrales. C’est réellement un plaisir de regarder chaque semaine un concentré de bonne humeur. Mais l’anime ne se limite pas à cela, en effet des thèmes tels que l’intelligence artificielle qui prend le dessus sur l’humain mais en utilisant la musique comme support, ce qui est assez original et bien vu. Ou encore la manière d’écouter la musique avec des consommateurs passifs, on ne cherche plus à réellement transmettre de véritables émotions mais à être le plus agréable à écouter. En bref si Carole & Tuesday continue sur cette lignée, on pourra aisément parler de chef-d’oeuvre.

Yosuke

Fruits Basket (@Wakanim) Si vous avez aimé Oran Host Club

Après le décès de sa mère, Tohru fait la connaissance de la famille Sôma dont les membres ont la capacité de se transformer en animal.

Il est indéniable que cette nouvelle adaptation du manga est plus jolie et fouillée que l’animé de 2001. Elle a cependant un gros défaut par rapport à celle-ci, c’est qu’on ne peut y entendre le mélancolique « For Fruits Basket« . Le thème de la première série revenait dans les moments chargés d’émotions et les rendait encore plus mémorables. Cet absence de thème fort pénalise cette nouvelle adaptation qui ne propose aucun moment marquant. Il faut aussi admettre que l’histoire accuse son âge en proposant un trope qu’on retrouve bien trop souvent désormais, à savoir la fille entouré de beaux mecs. La série n’en reste pas moins divertissante, mais elle n’a que peu de chance d’avoir la portée de la première adaptation et c’est bien dommage.

Api

One-Punch-Man-episode-11-saison-2

One Punch Man 2 (@ADN) Si vous avez aimé Mob Psycho 100/My Hero Academia

Garou est ancien élève de Bang qui avait décimé le dojo avant de quitter l’enseignement de ce dernier. Il va essayer de s’en prendre à chacun des héros, les uns après les autres, afin de déterminer sa puissance et de trouver quelqu’un à sa hauteur.

Certainement la série qui a le plus déçu cette saison et il paraît compliqué de dire qu’elle fait honneur à la première saison. Cependant si on s’était renseigné sur le studio derrière, on aurait compris ce qui explique cette chute de qualité. En effet JC Staff est en surproduction et enchaîne les déceptions depuis le début de l’année : To Aru Majutsu No Index III ou encore Date A Live III. De ce fait, je partais avec l’idée que la série allait être assez moche. Et j’ai été un peu surpris, car il est vrai que la majorité du temps ce n’est pas spécialement beau (ni moche si on compare avec les autres animes), mais nous avons tout de même eu le droit à de belles scènes de Sakuga vraiment cool. On sent qu’ils font tout pour produire un anime de qualité et pour cela je serais bien plus clément avec cette saison 2. Outre la forme, on a un nouvel antagoniste en la personne de Garou, un excellent personnage vraiment charismatique qui nous surprendra à vaincre de puissants héros. Le côté comique est toujours présent et marche plutôt bien, notamment avec King qui est hilarant. Au final une saison décevante si on la compare à la première mais qui reste assez agréable à suivre.

Yosuke

Rising of the Shield Hero (@Crunchyroll) Si vous avez aimé Grimgar

De nouvelles vagues sont en approche, mais rien ne semble pouvoir réconcilier les héros entre eux alors que de nouvelles menaces planent sur tout le royaume.

La série avait démarré sur un postulat intéressant, mais Naofumi regagne bien trop vite la confiance du peuple. On arrive alors sur un développement on ne peut plus classique où les combats s’enchainent sans grand intérêt. La musique aurait pu rendre le tout intéressant, mais les compositions de Kevin Penkin n’atteignent ici pas du tout la qualité de celles qui lui avaient valu la reconnaissance pour Made in Abyss. La plupart des pistes de la série apparaissent comme menaçantes au point d’en être caricaturales, quand elles ne sonnent pas carrément comme du bruit. Par ailleurs, la série a aussi le « bon goût » d’adjoindre un harem à son héros, dans la grande tradition des histoires tirées de light novel. Shield Hero termine tout de même sur une note positive, avec le développement d’un domaine pour le héros, ce qui laisse présager un début prometteur pour une éventuelle seconde saison.

Api

Avant de conclure ce bilan, on vous laisse avec un rapide classement représentant notre appréciation globale des animés vus cette saison.

Mémorable : Jojo 5, Kimetsu no Yaiba, Carole & Tuesday, L’attaque des Titans S3 2
Notable : Dororo, Fruits Basket, Rising of the Shield Hero, Sarazanmai, One Punch Man 2
Oubliable : /

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s