Retour sur les animés de saison – Hiver 2019

La saison de printemps est déjà bien entamée, mais ce n’est pas une raison pour déjà oublier celle d’hiver qui nous a réservé de très belles surprises. En compagnie de Light et Yosuke, nous allons donc revenir comme à notre habitude sur les titres phares, les moments à retenir (ou à oublier) et dresser un petit bilan de cette saison hivernale.

Anime de la Saison

Mob Psycho 100 S2 (Crunchyroll) – Dans la droite lignée de la première saison, la série de Bones reste toujours aussi incroyable visuellement. Non content de proposer une qualité d’animation qui ferait pâlir d’envie 90% des dernières productions animées, la réalisation de cette seconde saison est plus solide que jamais. Elle poursuit l’évolution de Mob et sa relation avec Reigen tout en multipliant les scènes fortes, et ce dès le premier épisode qui se conclue en donnant le ton de cette suite : Your life is your own.

Api

Kaguya-sama wa Kokurasetai et The Promised Neverland (Wakanim, Wakanim) – Cette saison, je n’ai pas vu grand-chose, mais j’ai bien deux animés que je vois comme pouvant prétendre à la « première marche du podium ». J’ai trouvé les deux excellents dans des domaines radicalement opposés, et ne mettre en avant que l’un des deux ne me paraît pas judicieux, alors je fais coup double pour cette récompense.
Le premier est vraiment LA comédie de la saison, avec des personnages truculents savamment croqués et de remarquables dialogues. Il ne se passe presque rien, tout est dans les échanges entre les protagonistes, et l’humour fait des ravages. Le concept même de l’œuvre peut faire sourciller, mais l’auteur du manga a vraiment soigné sa plume et l’ensemble est un régal, certaines scènes étant franchement à se rouler par terre.
Le second est un animé aux antipodes, tout en psychologie, en tension et en « frayeur ». L’écriture y est aussi ciselée, mais dans un tout autre registre, la mise en scène soutient très bien l’adaptation et le déroulement de cette première saison est assez palpitant. Bien que ces enfants fassent preuve de bien plus d’intelligence que la normale, on s’attache à eux et la manière dont se conclue ce premier segment adapté est un sommet d’intensité.

Light

chrome_2019-01-27_14-22-28

Boogiepop And Others (Wakanim) – Cette adaptation du light novel culte Boogiepop est, pour moi, une grosse réussite. Il faut bien comprendre une chose, adapter une oeuvre comme Boogiepop est extrêmement compliqué par le fait qu’on suive énormément les pensées des personnages, quelques choses d’assez difficile à rendre en animation. Pour autant Madhouse semble l’avoir compris et essaye de mettre en avant les personnages en utilisant la forme. Je m’explique, l’anime est volontairement désagréable à regarder, les couleurs sont peu chatoyantes et l’animation tente rarement de nous émerveiller. Tout est fait pour que l’on se concentre avant tout sur les personnages. C’est une énorme prise de risque du studio pour également coller à l’ambiance de l’oeuvre originale que j’apprécie fortement. Bien sûr, l’adaptation est très loin d’être parfaite, l’anime va trop vite, il est même arrivé qu’il saute carrément des chapitres du LN. Ainsi on peut avoir des arcs très mal adaptés (Boogiepop And Others) et d’autre assez bien (At Dawn). Donc un anime loin d’être parfait en matière d’adaptation mais qui réussit à transmettre les différentes thématiques et qui sert surtout à pouvoir se lancer dans l’oeuvre de base.

Yosuke

Scène de la saison

Mob Psycho 100 S2 Épisode 8 (Crunchyroll) – Alors qu’il s’agissait jusque-là d’un épisode au ton assez positif, cette scène arrive comme une conclusion on ne peut plus brutale. L’apparition d’un antagoniste quelques moments auparavant ne peut que nous laisser tout aussi choqué que Mob de voir sa maison en flammes. A mesure que la scène se déroule, le fond sonore s’accentue et la tension se fait plus lourde tandis qu’on reste dans l’expectative. Le comble de l’horreur est alors atteint au moment où Smile enjoint Mob à ne surtout pas regarder le spectacle devant ses yeux. On ne voit alors plus que Mob en gros plan, le visage déformé par la rage face au drame dont il vient d’être frappé.

Api

 

Kaguya-sama wa Kokurasetai (Wakanim) – Je pourrais presque insérer ici la totalité de l’épisode 12 de The Promised Neverland, mais je vais me retenir et ne citer qu’une autre grande séquence d’animation, qui a fait le tour de la planète, à savoir la danse de Chika à la fin de l’épisode 3 de Kaguya-sama: Love is War. Il s’agit d’une minute trente un peu spéciales, puisque le générique a été intégralement réalisé par rotoscopie, c’est-à-dire qu’une femme a vraiment été filmée en train de danser et ce n’est qu’après, en se superposant à ce film, image par image, que le dessin a été effectué. Une belle prouesse technique tant la qualité de la finition est au rendez-vous. L’animation est évidemment incroyable, et le rendu est impeccable, ce qui n’est possible que grâce à la durée limitée d’une telle séquence. Ce genre d’initiative est à saluer, même si elle a dû représenter de très gros efforts !

Light

Mob Psycho 100 S2 Épisode 5 (Crunchyroll) – Je devrais sans doute dire que cette scène constitue en fait l’intégralité de l’épisode. Je n’ai pas un souvenir récent d’avoir vu un épisode avec une animation aussi exceptionnelle. Un épisode absolument dantesque et épique, un Mob poussé dans ses retranchements, à la fois physiquement et mentalement. Une ambiance sombre que je n’avais jamais vue dans Mob Psycho. En bref, un épisode tout bonnement parfait.

Yosuke

Point noir de la saison

SAO Alicization (Wakanim) – Mon intérêt pour l’animé n’a cessé de décroitre depuis la fameuse tentative de viol à la fin du premier cour. Par la suite, la série a su retomber sur ses pattes, offrant toujours une réalisation léchée ainsi qu’une qualité technique constante. Seulement, des combats bien réalisés ne suffisent pas à faire une bonne série, surtout si on a droit à des personnages aussi désespérément vides de toute substance, voire carrément caricaturaux. Inutile de dire donc que c’est encore une fois l’écriture qui tire la série vers le bas et, quand bien même elle s’améliorerait par la suite, je préfére tirer un trait sur la saga de manière définitive.

Api

Aucun – Eh non, cette saison, je n’ai rien vu de mauvais, ni même de moyen (Oui, je l’assume ici, j’aime Sword Art Online, n’en déplaise aux deux autres). Aucune déception, donc je n’ai rien à mettre dans cette catégorie !

Light

03

SAO Alicization (Wakanim) – Après une première partie franchement bonne, SAO Alicization n’a cessé de baisser en qualité. Dès le moment où Kirito et Eugeo sont entrés  dans la tour, la série a enchaîné les antagonistes inintéressants. Si la réalisation des combats est toujours aussi réussie, je ne peux pas dire que scénaristiquement ces affrontements racontent quelque chose. On enchaîne tous ces combats sans grand intérêt jusqu’à arriver à l’antagoniste finale qui montre encore une fois à quel point l’auteur ne sait pas écrire ses méchants. La voir constamment nue est vraiment usant à force et j’ai littéralement subi cette fin. Une seconde partie à oublier.

Yosuke

Anime le plus sous-estimé

Dororo (Amazon) – Dororo a beau être adapté d’un manga de Tezuka, il s’inscrit dans la longue lignée des animés licenciés par Amazon et donc complètement passés inaperçus. Pourtant, si l’on se penche deux secondes sur la série, on se rend tout de suite compte de la qualité de cette adaptation. Celle-ci ne tombe pas dans l’écueil de coller parfaitement à l’oeuvre d’origine, puisque les codes d’un titre de 1967 seraient complètement dépassés aujourd’hui. A la place, elle va plutôt retravailler l’histoire du manga dans les grandes largeurs pour en tirer un récit plus cohérent et actualisé afin de plaire à un public moderne.

Api

Domestic Girlfriend (ADN) – Cet animé a représenté la meilleure surprise de la saison. Je m’y suis lancé avec un mélange de circonspection et de curiosité, au vu du concept. Et je dois dire qu’au début, tout est fait pour jouer la carte de la provocation, de l’aguicheur, voire même du malaise, disons-le. Or, ce serait bien dommage de s’arrêter là. Car, en réalité, derrière ce synopsis invraisemblable se cache une « comédie » romantique qui vire de plus en plus au drame et démontre de sérieuses qualités d’écriture, même si l’on n’échappe pas à quelques poncifs et scènes forcées au fil de son développement. Néanmoins, il y a un soin indéniable apporté au trio de protagonistes, et l’ensemble dégage une attraction certaine. Je ne dévoilerai rien de la fin, mais elle n’a fait que me conforter dans ma décision de voir cette œuvre, achevant (certes un peu vite) cet animé sur une très bonne note et un message qui m’a plu.

Light

5b1fd13098024527a5870b71fa6ce3221545152203_full

Boogiepop And Others (Wakanim) – Boogiepop And Others n’a pas forcément attiré les foules. De façon un peu injustifiée pour moi, l’une des raisons étant que l’oeuvre est complexe et demande de la concentration. Je trouve cela dommage de s’arrêter pour cela, parce que finalement après le premier arc qui dure trois épisodes, l’histoire devient beaucoup plus compréhensible pour ceux qui découvrent avec l’anime. Et l’autre raison qui repousse certaines personnes c’est la forme, mais comme je l’ai dit plus haut, cela est une prise de risque volontaire et courageuse de la part du studio.

Yosuke

Meilleure OST

Run with the Wind (Crunchyroll) – Yuki Hayashi a une patte très marquée et il est d’ailleurs bien connu pour ses musiques aux sonorités épiques. Ici, son style est reconnaissable, mais il parvient toutefois à insuffler suffisamment d’originalité pour donner une âme à l’ambiance sonore de la série. Celle-ci nous entraine et nous porte sans effort aux côtés de ses protagonistes, dans des élancées grisantes.

Api

Sword Art Online Alicization (Wakanim) – Non seulement je ne mettrais pas Sword Art Online en déception, mais je compte bien le récompenser dans cette catégorie. Il est vrai que j’ai hésité avec la BO de The Promised Neverland qui montre, pour le tout début de carrière de Takahiro Obata, un talent certain et la promesse d’un artiste à surveiller, mais mon choix s’est finalement porté sur Yuki Kajiura et sa contribution à la troisième saison de cette œuvre prolifique. Depuis que je m’intéresse aux musiques d’animé, cette compositrice reste ma préférée, et cela se vérifie une nouvelle fois. Malgré des années plutôt vides récemment, 2017 excepté, de nombreuses critiques sur la redondance de ses mélodies, et l’affaire liée à son ancienne agence, Yuki Kajiura effectue en 2019 ce que je qualifierais de retour tonitruant. Et son travail sur Sword Art Online Alicization est parfaitement à la hauteur de mes attentes. À l’exception du thème historique de la licence, Swordland, qui bénéficie d’un excellent remix, peu d’anciennes mélodies ont été réutilisées et plusieurs des nouvelles compositions s’avèrent remarquables. Mention toute particulière à la musique jouée lors de l’enlèvement d’Alice à l’épisode 1, ainsi qu’au grand thème d’action dramatique entendu lors de la dernière partie. En définitive, ma subjectivité s’exprime de manière éclatante dans cette catégorie, et je l’assume pleinement.

Light

Boogiepop And Others (Wakanim) – Je ne l’avais pas abordé dans mon premier paragraphe sur Boogiepop, mais les OST participent également à la volonté de l’anime de vouloir mettre les personnages, leurs discussions et leurs pensées en avant. Ces musiques sont discrètes et s’intègrent à la perfection aux différentes scènes. En plus de cela elles collent parfaitement à l’ambiance générale de Boogiepop (Light Novel), ici encore, une franche réussite.

Yosuke

Meilleur Personnage

 

Arataka Reigen (Mob Psycho 100 S2)  – Volontiers charlatan, Reigen n’est clairement pas le meilleur d’entre nous. Allant jusqu’à tout nier en bloc lorsque ses supercheries sont révélées au monde, il reste un personnage attachant car très humain. Humain dans ses défauts, mais aussi dans ses qualités, il va prendre conscience de l’importance du lien qu’il entretient avec Mob pour en devenir quelqu’un de meilleur. Cet épisode centré sur lui-même et son passé sera alors l’occasion de le voir évoluer de manière cohérente, tout en restant fidèle à lui-même et à son caractère.

Api

Kaguya Shinomiya, Miyuki Shirogane, Chika Fujiwara, Yû Ishigawa (Kaguya-sama wa Kokurasetai Wakanim) – Je vous vois déjà venir : « Comment ? Quatre personnes au lieu d’un ? Il triche, c’est un scandale ! » Vous allez comprendre, rassurez-vous. J’ai déjà évoqué cet animé dans la toute première catégorie et, je le redis, tout tient dans la qualité des interactions entre les protagonistes (Ma foi, ne serait-ce pas là le même argument que pour mon animé préféré de l’automne ?). Or, citer l’un des membres du quatuor revient à les citer tous, tant ils sont complémentaires sur l’efficacité humoristique. Chacun a sa propre spécialité, chacun apporte une contribution comique différente, mais c’est ensemble que l’œuvre déploie tout son arsenal pour jouer avec nos zygomatiques. Voilà donc pourquoi je décerne un prix global à tout ce beau monde.

Light

mob-psycho-2

Shigeo Kageyama (Mob Psycho 100 S2) – Je pensais comme Api mettre Reigen, mais pour éviter de répéter ses arguments, j’ai choisi un personnage qui mérite tout autant d’être le personnage de cette saison : Mob. Il aura énormément évolué dans cette saison, toujours aussi humain, il est devenu plus compréhensif, plus sage. Il cherche désormais à comprendre son prochain pour le sauver et non plus utiliser ses pouvoirs pour l’écraser. L’antagoniste de l’épisode 5 a grandement contribué à cette évolution. Mob est devenu mature. Mob est devenu un homme.

Yosuke

Pire Personnage

Chudelkin (SAO Alicization)  – Chudelkin est de ces personnages qui, sans être foncièrement mal écrits, sont juste totalement irritants. Les épisodes passent et il parvient toujours à se rendre encore un peu plus insupportable, allant carrément contre le flot du récit. Par ailleurs, son chara-design et son caractère détonnent totalement dans l’univers d’Alicization, ce qui fait que chacune de ses apparitions nous saute encore plus au visage.

Api

Aucun – Ici non plus, je n’ai personne à clouer au piloris. Peut-être pour la prochaine saison, qui sait ?

Light

maxresdefault

Quinella (SAO Alicization) – Antagoniste basique de Sword Art Online, méchante pour être méchante. Elle n’aura jamais su être intéressante en tant que personnage, et son combat était carrément fatigant à visionner. C’est franchement dommage de jouer sur le fanservice pour ce personnage, moi qui avais cru que l’anime avait arrêté avec ça au début de l’anime, je suis franchement déçu.

Yosuke

Meilleur opening

Mob Psycho 100 S2 (Crunchyroll) – A la manière du premier opening, on reste dans des tons très psychédéliques et une succession de séquences toutes plus originales les unes que les autres. L’opening tout entier est un hommage à l’animation en général, comme en témoigne notamment ce zootrope dès le début du générique. De manière générale, il n’est sans doute pas le plus représentatif de l’essence de Mob, mais vu à quel point il a été relayé un partout sur les réseaux sociaux dès sa parution, il a certainement été un excellent porte-étendard de la série.

Api

Domestic Girlfriend (ADN) – Kawaki wo Ameku de Minami. Premier générique d’animé interprétée par cette femme, le résultat est sincèrement excellent. Je dois dire que je ne m’attendais pas à une telle réussite. Sa voix est assez basse et puissante, avec un timbre qui n’est pas sans me rappeler celui de la chanteuse YUI, notamment dans son célèbre opening again pour Full Metal Alchemist Brotherhood. Et j’ai trouvé hautement amusant la manière qu’elle a de forcer sur sa voix lors de certains passages, donnant l’impression de tout donner pour ce galop d’essai dans le monde des génériques d’animés. Je commente souvent peu les images illustrant la mélodie, y portant en général peu attention. Je retiendrai surtout ici le jeu de couleurs proposé, avec des teintes en noir et blanc par moments, et la présentation du très beau chara-design de l’œuvre.

Light

Boogiepop And Others (Wakanim) – Myth and Roid est une valeur sûre en matière d’opening et ending, cela ne fait pas exception avec Boogiepop. Une musique qui colle plutôt bien à la série et une mise en scène vraiment bonne, notamment les différents plans avec Imaginator bien pensés. Un opening qui fait le travail.

Yosuke

Meilleur ending

Dororo (Amazon) – Je dois avouer que, cette saison, je suis encore une fois passé à côté des endings. Cela dit, l’ending de Dororo est un des rares qui m’ait réellement marqué tant il sort du lot. D’une part, son ambiance posée est en parfaite adéquation avec le ton de la série. D’autre part, il se distingue grâce aux illustrations de Hiroyuki Asada, l’auteur de Letter Bee, qui viennent encore sublimer le tout.

Api

Aucun – Et je finirai par… rien du tout. En effet, aucun générique de fin ne m’a particulièrement marqué cette saison !

Light

Dororo (Amazon) – Tout comme Api, l’ending de Dororo m’a beaucoup plu, je n’ai pas grand-chose à ajouter à son paragraphe, une musique magnifique à la fois puissante et reposante.

Yosuke

Classement global

Avant de se quitter, je vous laisse avec un rapide classement représentant notre appréciation globale des animés vus cette saison.

Mémorable : Mob Psycho 100 S2, Run with the Wind, Kaguya-sama wa Kokurasetai
Notable : Tensei shitara Slime Datta Ken, Rising of the Shield Hero, The Promised Neverland, Dororo, Domestic Girlfriend
Oubliable : Karakuri Circus, Manaria Friends, SAO Alicization

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s