Focus – Run with the Wind

A la manière de Haikyû, Run with the Wind dépeint la formation d’une jeune équipe de sportifs. De fait, les deux séries sont sensiblement similaires, tant sur le plan de la production, de la musique que du chara-design. Ceci dit, la série dont nous allons parler aujourd’hui va plutôt se concentrer sur la camaraderie qui va naitre malgré les différences de caractère et de condition physique des personnages.

Des étudiants s’entraînent pour participer à la plus grande course de relais universitaire du Japon. Véritable marathon, long de plus de quelque 217 kilomètres, cette épreuve mythique se déroule entre Tokyo et la ville de Hakone.

Run with the Wind est l’adaptation d’un roman de Miura Shion, auteure que l’on connaissait déjà pour le titre La grande Traversée. Cette adaptation a été confiée au studio Production IG (Haikyû, Kuroko’s Basket) qui nous offre cette fois encore une animation très solide. Habitué des séries de sport, le studio va ancrer la série dans le réalisme plutôt que de chercher à nous en mettre plein les yeux. Il y a ainsi peu de séquences réellement éblouissantes, mais les animateurs ne ménagent pas leurs efforts dès qu’il s’agit d’animer muscles, mouvements ou expressions du visage.

Côté bande-son, c’est à Yûki Hayashi que l’on doit les thèmes de la série. Le compositeur s’était déjà illustré sur Haikyû ou My Hero Academia et possède une patte très marquée. Toutefois, il propose ici des compositions sensiblement différentes de celles auxquelles il a pu nous habituer, avec des musiques qui subliment les scènes de course, évoquant tantôt un enthousiasme posé, tantôt une force sourde et croissante.

La série bénéficie ainsi du talent technique du studio et de l’énergie de ses compositions musicales, mais elle sait rester à hauteur d’homme, évitant de donner dans la surenchère. Car si Run with the Wind est une série de sport, c’est avant tout une série sur le sport. Celle-ci va nous placer dans la tête de sportifs qui se questionnent sur leurs motivations profondes, tandis qu’ils doivent fournir efforts physiques et mentaux pour progresser. On se laisse ainsi emporter dans l’élan de ces personnages et de leur évolution au contact les uns des autres. L’objectif final de nos protagonistes, le relais du Hakone Ekiden, sera alors l’occasion de revenir sur les doutes et les difficultés de chacun d’entre eux, et ainsi constater tout le chemin qu’ils auront parcouru.

Vu les grands noms que réunissait cette adaptation, j’avais de grandes attentes pour la série avant même d’avoir vu le premier épisode. Maintenant que celle-ci est terminée, le moins qu’on puisse dire, c’est que ces attentes n’ont pas été trahies et Production IG reste une valeur sûre pour les adaptations de sport. Run with the Wind n’est pas un chef d’oeuvre, légèrement minée par un optimisme un brin irréaliste, mais la série se hisse sans mal parmi les meilleurs animés de sport qui soient. Elle le doit notamment à un casting de personnages tous plus attachants les uns que les autres et dont l’écriture rend la série d’autant plus crédible. Pour ma part, ma préférence irait sans doute à Nico-chan, qui incarne bien les sacrifices nécessaires pour devenir un sportif accompli. Quoiqu’il en soit, Run with the Wind me conforte dans l’idée que Miura Shion est une auteure à suivre et j’attends désormais avec impatience une nouvelle adaptation d’une de ses oeuvres.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s