Retour sur les animés de l’automne 2017

Il y a très exactement un an, je publiais mon premier article sur ce blog. Pour célébrer cet anniversaire, je n’ai pas d’article spécial dans ma besace, mais je vais vous faire une promesse, c’est d’essayer de garder autant que possible la motivation qui m’a animé cette année. Et pour débuter 2018, on va d’abord boucler la boucle avec un nouveau bilan d’une saison automnale placée sous le signe du lion. Celle-ci aura d’ailleurs été particulièrement bonne puisque je n’ai même pas de séries décevantes à épingler. Alors comme je m’en voudrais d’en rester là, exceptionnellement, je vais mettre en avant deux épisodes qui se seront particulièrement distingués cette saison.

L’animé de la saison : March comes in like a lion S2

Selon moi, la première saison souffrait d’une omniprésence de la patte SHAFT, à grands coups d’effets visuels et de tics sonores. Le studio a finalement trouvé un équilibre avec cette seconde saison qui met cette fois la narration en valeur à travers ses effets de style et non plus l’inverse. Qui plus est, l’histoire prend une ampleur considérable lorsque le focus n’est plus sur Rei et ses tourments intérieurs, mais sur ses proches qui doivent faire face à leurs propres déchirements. Hina, écrasée entre ses propres convictions et l’inaction de la société ; Nikaidô, qui se bat littéralement à corps perdu… March comes in continue donc ce qu’il sait faire de mieux, c’est à dire proposer des drames du quotidien, en nous laissant toucher du doigt l’essence même de ses personnages.

Prix de l’extra : Tamako Love Story

J’avais longtemps repoussé le visionnage de la série, car je savais que celle-ci s’adressait plutôt aux enfants. Mais lorsqu’on passe quotidiennement par le marché ayant servi d’inspiration à la série, il est difficile de ne pas finir par se laisser tenter. Ceci dit, je ne vais pas m’appesantir sur Tamako Market qui ne m’aura pas particulièrement convaincu. En revanche, le film qui fait suite est autrement plus digne d’intérêt. Puisque les éléments narratifs de la série ont été bouclés, Tamako Love Story peut s’apprécier comme une histoire à part entière. A l’inverse de la série d’origine, ce film ne s’encombre plus d’effets comiques trop enfantins, mais va plutôt se concentrer sur la romance entre Tamako et Mochizô, alors que ce dernier hésite entre ses sentiments pour Tamako et son envie de gagner Tokyo pour poursuivre ses études. La réalisatrice Naoko Yamada livre ici un film court mais suffisamment conséquent, faisant la part belle à cette ambiance douce-amère de l’adolescence, soulignée par une réalisation soignée.

Un animé vu en retard : Rokka : Braves of the six flowers

Un chara-design affreusement hétéroclite, une histoire de héros en route pour vaincre le roi-démon fraichement ressuscité… Inutile de dire qu’au premier abord, Rokka no Yûsha ne donne clairement pas envie. Pour ma part, je lui avais laissé sa chance après avoir lu de bonnes critiques la concernant. La série démarre effectivement de manière assez commune, mais soudain le doute s’installe. Alors que notre groupe de héros n’est censé être constitué que de six personnes, un intrus semble s’être immiscé parmi eux. Et c’est à partir de ce moment que l’ingéniosité de l’écriture éclate au grand jour. Tandis que l’on plonge au plus profond des incertitudes des protagonistes, on en vient nous-même à douter de tout et, sans qu’on s’en aperçoive, nous voilà pris au piège d’une intrigue d’une redoutable intelligence, mais aussi d’un sens de la mise en scène à même de prendre à contre-pieds toutes nos attentes. On sent que l’auteur maitrise son récit, et ce n’est clairement pas moi qui vais vous dire le contraire, sachant que j’ai directement commandé le roman d’origine après mon visionnage pour en connaitre la suite.

L’épisode de la saison : L’épisode 4 de March Comes in like a lion S2

C’est lorsqu’elle rentre chez elle, en pleurs, qu’on découvre les brimades dont Hina est désormais la cible. Non seulement l’épisode est terriblement poignant car Hina se retrouve face à la société toute entière, alors qu’elle n’a fait que soutenir son amie. Mais dans le même temps, on a aussi droit aux témoignages d’affection de ses soeurs, ainsi qu’aux mots d’encouragements de son grand-père, fier des actions de sa petite-fille.

L’épisode de la saison (bis) : L’épisode 19 de Magical Circle Guru Guru

A l’inverse, Guru Guru se distingue à travers ce qu’il fait de mieux, à savoir la comédie. La série se renouvelle sans cesse, mais son inventivité atteint ici son paroxysme. Après l’enlèvement de sa « princesse » au héros, le duel qu’on attend n’arrive pas et, à la place, celle-ci parvient à sortir d’elle-même de sa prison. Et pendant ce temps-là, les protagonistes affrontent ses geôliers sous la forme d’une battle de rap.

Le meilleur personnage : Hinata (March comes in like a lion)

Foncièrement gentille, elle se retrouve mis au ban de la société simplement pour avoir soutenu son amie. Et malgré les conséquences, elle ne doute pas une seule seconde qu’elle a fait le bon choix. Cela ne l’empêche pas d’en souffrir énormément, de bouillir de rage même, lorsqu’elle se rendra compte de l’injustice qui est perpétuée. Elle montrera une autre facette, attendrie cette fois, après que Rei multiplie ses efforts pour ne pas qu’elle se retrouve délaissée.

Le pire personnage : Nico (Recovery of an MMO junkie)

Une oeuvre de fiction réussie passe d’abord par ses personnages, puisque ceux-ci sont les moteurs du récit. Ils doivent être vraisemblables, sous peine de nous faire sortir du récit. Or, Nico sort de nulle part, sans qu’on ne nous la présente, et n’apparait que comme un personnage-fonction, là où n’importe qui déjà introduit aurait pu remplir son rôle. Sans doute était-elle présentée correctement dans le manga d’origine, mais ici il s’agit clairement d’une erreur de l’adaptation qui aurait mieux fait de la laisser de côté.

Le meilleur générique : L’opening de March comes in like a lion S2

La représentation visuelle de Rei qui franchit les obstacles témoigne de l’évolution de son état d’esprit, mais le générique nous annonce déjà la couleur lorsque celui-ci se précipite pour étreindre Hina, vue de dos, semblant seule au monde.

Mon classement général de la saison :

Mémorables : Magical Circle Guru Guru, March comes in like a lion S2
Notables : Love Live Sunshine S2, Recovery of an MMO Junkie, Gintama Porori-hen, Imôto sae ireba ii, Blend S
Oubliables : /

Mes attentes pour la nouvelle saison :

Card Captor Sakura : Clear Card, Darking in the FranXX, Fate/Extra Last Encore, Karakai Jôzu no Takagi-san, Koi wa Ameagari no yô ni, Nanatsu no Taizai : Imashime no Fukkatsu, Sora yori mo tooi Basho, Violet Evergarden.

Sur ce, je vous dis à bientôt dans d’autres songes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s