Zoom sur Tsuredure Children

Alors, Tsuredure Children, qu’est-ce donc ? C’est Danshi Kôkôsei no Nichijô, mais à la place d’une bande de potes, on va voir des couples se former. Basée sur le même format, la série enchaine donc diverses scénettes toujours très drôles. Mais l’aspect romantique de Tsuredure apporte en plus une touche de chaleur fort bienvenue.

Ils s’apprécient, passent de bons moments ensemble, mais parfois ils se fâchent, pleurent ou sont blessés. Tous ces adolescents ont comme point commun d’avoir du mal à se dire « je t’aime ». Mais leurs histoires rappellent combien la jeunesse est un moment précieux, dont il faut profiter à chaque instant…

Adaptée par le Studio Gokumi (Yûki Yûna wa Yûsha de Aru), la série ne fait pas dans la démesure et reste à la hauteur de son propos. Le réalisateur, Kaneko Hiraku, est un habitué des histoires bas de plafond (Maken-ki, entre autres), mais servi par le script de Tatsuhiko Urahata (Hanasaku Iroha), il nous livre une série qui sait se montrer à la fois adorable, mais aussi touchante par moment. Ajoutez à ça que, quand la gêne et la maladresse s’invitent entre les personnages, les situations peuvent prendre des tournures extrêmement drôles.

Avec plus de quatre couples principaux et quelques autres plus secondaires, la série peut se permettre d’enchainer les scénettes sans jamais lasser. Chacun des personnages a son caractère bien a lui, si bien que les situations se renouvellent sans cesse. Chaque épisode est donc l’occasion de mettre sur le devant de la scène quatre couples différents et approfondir leur relation.

La force de la série réside sans aucun doute dans son format court. Celle-ci se divise en effet en 12 épisodes de 12 minutes chacun, ce qui permet à l’humour de ne pas s’essouffler en voulant aller trop vite. Si la série vous intéresse, vous pouvez la retrouver dans son intégralité chez Crunchyroll.

Pour ma part, je ne pensais pas pouvoir m’attacher aux couples présentés, tant ceux-ci étaient nombreux. Pourtant, j’ai fini par tous les trouver touchants à certains égards (même si la relation entre le président des élèves et la délinquante me hérisse toujours le poil). Le « couple » formé par Katori et Kazuko est mon petit favori, tant leur dynamique m’aura fait me tordre de rire. Et j’ai aussi trouvé adorable la relation naissante entre Chizuru et Takurô qui n’osent pas reconnaitre leurs sentiments. Toujours est il que je comprends maintenant pourquoi tant de gens en parlaient comme leur animé préféré de la saison d’été et je me joins à eux en espérant qu’une suite à cette série arrive assez rapidement.

Sur ce, je vous dis à bientôt dans d’autres songes…

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s