DECOUVERTE MANGA #10 – LE COURRIER DES MIRACLES.

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien! Quant à moi, je vous retrouve… moins de 24 heures avant mon précédent article, c’est de la folie! En effet, je vais tenter de repasser au 1 article/1 manga, pour proposer des écrits plus digestes, et publier de manière plus régulière (on va tabler sur 2 articles par semaine, pour cet été)! N’hésitez pas à me donner votre avis quant à ce changement!

Fiche Technique:

Auteur: Noboru Asahi

Type: Seinen

Genre: Fantastique-Tranche de vie

Editeur VF: Komikku

Nombre de tomes parus: 1 (3 volumes terminé au Japon)

Prix: 7,90€

Makoto a une vie de lycéen ordinaire jusqu’au jour où il vole au secours d’un pigeon attaqué par un corbeau. Cet événement anodin marque le début d’une série de malchances pour lui puisque sa petite amie le quitte et qu’il a un grave accident de moto. Il se réveille dans un monde parallèle où un accord lui est proposé. Il devra livrer des “miracles” à des humains s’il veut retourner dans son corps, plongé dans le coma. Il accepte ce marché malgré lui et va devoir persuader des gens d’accepter des paquets mystérieux renfermant des miracles ! D’apparence normale dans le monde réel, il est pourtant un fantôme et cette situation extraordinaire va l’amener à réfléchir sur sa propre vie.

Depuis sa création, Komikku a l’habitude de proposer ponctuellement de courtes séries qui accompagnent leurs plus grosses sorties. Beaucoup de ces petits titres sont relativement oubliables (tout en se laissant très bien lire), mais certains se révèlent véritablement marquants (je pense à Anguilles Démoniaques et Pupa, entre autres). Aussi, je me laisse parfois tenter par certains de ces à-côtés qui représentent finalement une part non négligeable du catalogue de l’éditeur. C’est ainsi que la semaine dernière, Komikku nous livrait son Courrier des Miracles, fable fantastique en trois volumes autour de la valeur de l’existence (un thème qui peut vite devenir superficiel, s’il est mal traité, mais qui titille la curiosité, il faut le dire..).

courrier-des-miracles-1-komikku

Je commencerai en rapprochant le Courrier des Miracles d’un autre titre paru récemment chez Komikku: La Petite Fille aux allumettes (dont nous avons déjà pu parler sur le blog, Nintenn dans ses découvertes de 2017, et moi dans un article dédié). Même si l’ambiance des deux manga est très différente, il y a beaucoup de similitudes au niveau de la construction narrative. En effet, chaque chapitre, abstraction faite du premier -introduction du récit et à l’univers- se concentre sur une « livraison » du jeune Makoto, qui va ainsi à la rencontre de jeunes gens en tourment et les aide à avancer en leur confiant le fameux « miracle ». Cela peut rappeler Rin, héroïne de l’adaptation d’Andersen, avec ses fameuses allumettes chimériques. Cependant, passé cela, les deux titres n’ont pas grand chose en commun, car dans les deux cas, c’est surtout un moyen de mettre en scène plusieurs courts récits qui s’imbriquent dans l’oeuvre, et construisent son fil rouge, ou l’évolution de ses personnages. Par le biais des rencontres qu’il effectuera, Makato prend compte de divers aspects de l’existence qui lui semblaient acquis, remettant en question son mode de vie, son rapport autrui et à sa personne, à la temporalité réduite de la vie humaine, que l’on ne perçoit pas tous…

Le titre fonctionne bien, c’est très rythmé, les rencontres s’enchainent de manières très succincte (si bien qu’on regrette que certaines ne s’étendent pas un peu plus sur la longueur, mais on garde en tête qu’elles existent surtout pour développer le personnage principal), et on sent que l’auteur sait où il va quant à l’intrigue autour du protagoniste. Les réactions de ce dernier et son évolution sont très intéressantes à suivre, tant l’auteur évite un positivisme facile, qui aurait lissé le caractère du jeune homme (il passe par plusieurs réflexions assez dépressives).

Graphiquement, on sent que l’auteur débute encore. Découpages et mise en scène formels, arrières plans très géométriques, on note néanmoins deux petites spécificités. D’abords au niveau des yeux des personnages, allongés dans le sens vertical; mais aussi au niveau du « QG du fantôme » (j’appelle ça comme ça, en gros, l’endroit où le « patron » de Makato lui confie ses missions, une sorte de purgatoire -?-), où tout est blanc. On pourrait prendre cela pour une facilité, une économie de temps et d’effort, mais je trouve que cela rend très bien.

Courrier-des-Miracles-planches

Et puisqu’on en est à évoquer les personnages, les acolytes du protagonistes sont très drôles. Entre le pigeon (oui le pigeon) qui l’accompagne en mission et fait office de guide spirituel, et son boss le mini-fantôme qui a de la répartie à revendre, on ne s’ennuie pas! Une reste néanmoins en retrait, Kaori, la jeune fille que l’on aperçoit sur la couverture du second volume, où elle sera sans doute plus mise en avant, du moins, on l’espère.

Côté édition, Komikku fait du bon travail, comme à son habitude, et permet encore une fois l’arrivée inattendue d’un nouvel auteur chez nous.

Le Courrier des miracles est donc une bonne surprise de ce début de mois de juin, et sans transcender le genre, propose une fable moderne touchante et très divertissante. Une bonne pioche de Komikku.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s